21 juin 2006

De Cousteau à Ronaldinho

sao_paulo_et_son_relief1Sur la route de Coagrosol et Fruto do Sol, nos deux coopératives suivantes, nous nous sommes arrêtés quelques jours à Sao Paulo. Arrêt obligé dans cette mégalopole de 20 millions d’habitants. Sao Paulo, ou « Sampa » pour ceux qui la connaissent, est la capitale économique du pays et a des airs de métropole occidentale : des grattes ciels à n’en plus finir, et un métissage très riche. Bref, c’est un monstre qui avale et intègre tout sur son passage. On pensait rattraper le coup avec un match du campeonato de football entre Corinthians et Goias, mais un stade de 85000 places, le Morumbi, occupé par 3000 supporters qui ne savent que crier « filho da puta » c´est assez décevant. Bref, dans le combat séculaire entre Cariocas (Rio) et Paulistas (Sao Paulo), nous tranchons pour Rio plus charmante et à taille plus humaine.

_1« Fruto do Sol », en Français « Fruit du Soleil », illustre parfaitement les activités des deux coopératives qui cultivent et exportent des fruits gorgés de soleil, ou les transforment en jus et confitures. Ces fruits sont bien sûr des oranges (c’est la région du monde qui en produit le plus), les citrons, et les plus exotiques « maracuja » (fruit de la passion) ou « goyava » (goyave). Le plus lourd travail fût de goûter tous ces fruits au pied de leur arbre dans les plantations, ainsi que les différentes recettes de confitures…

Ces coopératives nous ont parues les plus développées en terme d’infrastructures et d’organisation an accord avec les critères du commercr_me_de_goyave_dans_son__l_ment_narurelce équitable. Ce sont des organisations jeunes (5 et 2 ans), mais qui ont grandi très rapidement. L’accueil dans ces coopératives a été des plus chaleureux, puisque nous avons été aussi conviés à de nombreux « churrasco » (barbecue Brésilien). Nous avons également croisé la route de Josiane, qui travaillait chez Max Havelaar Belgique et a décidé de prendre un congé sabbatique d’un an afin d’offrir ses talents à de petites organisations de commerce équitable. Enfin, pour couronner notre séjour, nous avons été expressément invités par deux fois à présenter notre projet sur les ondes radio locales !

En quittant Fruto do sol et Coagrosol, nous avons pris la route de Bonito, un petit paradis Brésilien fréquenté depuis seulement une dizaine d’années par les touristes. Les habitants de baignade_dans_un_aquariumBonito ont en effet longtemps gardé pour eux les lieux insolites qui entourent leur village : des fleuves aux eaux cristallines où nagent des poissons de toutes les couleurs, des cascades par dizaines, des grottes qui renferment des lacs souterrains d’un bleu inoubliable. Devant le fleuveau_bord_du_lago_azul Sucuri, le Commandant Cousteau, le Français le plus connu (avec Zidane !), aurait dit que ses eaux sont les plus transparentes du monde. Florian a testé la « fluctuation » sur le fleuve : muni d’un masque et d’un tuba, vous vous laissez dériver avec les poissons pendant une heure. Nathalie et Pierre ont adoré les 8 chutes d’eau du Parque das Cachoieras. Myriam est sortie envoutée de la Grota do Lago Azul.

Comment enfin parler de ces quinze derniers jours sans évoquer la Coupe du Monde ! C’est entouré de supporters Brésiliens que nous avons vécu Brésil-Croatie, le premier match de la Seleçao. Les leçons à retenir pour être un bon supporter Brésilien : s’habiller de jaune et de vert, crier quand Ronaldinho touche le ballon, traiter Ronaldo de « gordo » (gros), et lancer des pétards dans la rue pour célébrer un but.

En attendant la sixième étoile…

Posté par Pierre F_B à 18:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur De Cousteau à Ronaldinho

    Bien le bonjour

    Salut Pierre,

    Et d'abord merci pour la carte postale, Gus nous l'a montrée au boulot, ça fait plaisir ... Le Maracana est toujours aussi mythique. Je vois sur votre blog que les aventures continuent bien, prenez quand même le temps de porter haut les couleurs de la France mardi pour soutenir les Bleus contre l'Espagne ! A bientôt

    Posté par Luigi, 25 juin 2006 à 18:55 | | Répondre
Nouveau commentaire