13 avril 2006

Planète Bolivia

packaging_de_quinoa_rouge_et_blond_dans_champs_quinoa__3_Après La Paz, on continue à longer l’Altiplano pour se rendre dans le sud de la Bolivie, à Challapata, l’usine de transformation de Quinoa d’Anapqui,  malgré la grève des transports –qui nous a valu un passage éclair à la télévision bolivienne. Epifanio et Ivan, respectivement Président et vice-Président nous ont accueillis. Mis à part les deux heures de retard sur chaque horaire, on a pu prendre de belles photos et Ivan nous a raconté des légendes sur la quinoa et les montagnes. Il nous a quitté prématurément et nous sommes restés avec Epifanio, sympathique, mais pas des plus bavards.

            Le soir du deuxième jour, on a passé la nuit à Llica, au Nord ouest du désert de sel. L’accès au village est p1020755contrôlé par un poste militaire. Stoppé à la barrière, Epifanio nous avoue les dents serrées « No tengo los documentos ! ». Après une batterie de questions des militaires, leur chef se pointe et embarque Epifanio, deux minutes plus tard on demande à Pierre de les rejoindre. Cinq minutes plus tard il revient, « une vraie scène de film ! ». Le chef lui a demandé de p1020718l’argent pour « apoyar projectos para los jovenes » -mon œil- sous la mine déconfite d’Epifanio, qui demandait du regard notre coopération.  Pierre a donné 60 bolivianos -6 euros-, ce qui a fait rire le chef et on est passés.

            Le lendemain, après des interviews de petits producteurs, on est partis pour la grande traversée, celle du Salar p1020798d’Uyuni, 4h30 de route pour faire 150km sur une croûte de sel. Epifanio n’est pas très rassuré, nous non plus. Si on tombe en rade, il faut avoir la chance de croiser quelqu’un dans cet ip1020715mmense désert aux nuits glaciales. On protège comme on peut le moteur de la voiture avec des branches d’arbustes et en route. On file tout droit dans cette étendue blanche sans aucune route balisée. Le soleil frappe fort et les 5cm d’eau sur la croûte de sel accentuent la réverbération. Le spectacle est grandiose. Les montagnes se reflètent sur l’extrême platitude du Salar si bien qu’elles apparaissent comme des soucoupes volantes. Le blanc en fait un mirroir parfait qui donne la même couleur au reflet. Il n’y a plus de ligne d’horizon et cette étendue d’une blancheur pure qui parait infinie n’est rompue que par les volcans, le magnifique Tunupa en particulier, semblable à la montagne Paramount. On roule vers nulle part et les montagnes ne semblent jamais se rapprocher.La Bolivie est une autre planète, et le désert de sel n’en manque vraiment pas.
p1020851 p1020848

            Arrivés à Uyuni, la ville ne présente aucun intérêt mis à part les crêpes d’un breton (ça change des frites et du riz). Et l’on part dés le lendemain pour le sud de la Bolivie en Jeep et en touristes, après 3 semaines de boulot.  A cinq dans le 4x4 plus le guide, il nous manque une personne et l’on se retrouve avec Olivier, un français sympathique d’une trentaine d’années. On ne va pas s’attarder sur Carmelo notre guide, pas trèsp1020869 loquace et plutôt lunatique.

  Avant pour nous la Boliviec’était l’Altiplano, maintenant on hésite entre la Lune, Mars ou Jupiter. Le sud Lipez est volcanique, à la fois escarpé et désertique, en tout cas irréel. Les volcans enneigés au sommets à 6000m nous rappellent á la réalité des visions lunaires. Ici l’eau des lagunes est bleue,p1020938 verte ou rouge, les arbres sont en pierre et les flamands roses côtoient les vigognes.  Les geysers du Sol de Mañana crachent de l’eau bouillante dans un bruit de ténèbres du haut de leurs 4870m. Pierre et Florian se sont baignés dans des eaux thermales à 40º, à 7h30, regardant unp1020961 lever de soleil par un froid de canard. Si la Bolivie est dans notre monde, c’est en tout cas une autre planète. Il n’est pas étonnant d’apprendre que c’est ici que Dali a trouvé son inspiration. Ses toiles du désert du sud Lipez sont totalement réalistes. Mais la p1020980réalité on n’en veut pas tout de suite, on continue de rêver…p10209671

Posté par fcoll à 19:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Planète Bolivia

    commentaire

    SAlut,
    J'allais chez tes parents, Florian, alors avant cela je passe sur votre petit "chez nous" pour vous saluer, regarder les photos... lire les textes ce sera pour plus tard.
    bon voyage.

    à+
    Simon

    Posté par Simon, 16 avril 2006 à 17:47 | | Répondre
  • waouh

    C'est de plus en plus hallucinant. Flakan a de plus en plus en de barbe (t'as presque plus l'air d'une petite fille) et vos images font de plus en plus en rever... Continuez de triper !

    Posté par Sychel, 19 avril 2006 à 15:23 | | Répondre
  • il est ou le beau gosse???

    euh...on m'a dit d'aller faire un tour sur ce blog pour lire de la bonne prose ou voir un beau gosse...Remboursez mon cyber cafe!!

    Posté par alix, 24 avril 2006 à 20:01 | | Répondre
  • impressionée

    Pierre, je ne te reconnais presque plus mais j'essaie de me convaincre que c'est bien toi pour continuer à suivre cet incroyable périble. On en prend plein les yeux.Profitez en et continuez bien...
    Nono toujours en Finlande mais plus pour tres longtemps malheureusement

    Posté par noémie, 29 avril 2006 à 15:32 | | Répondre
  • allez les ptits!

    Je nous revois avec Caro, Ro et Antho a travers vos photos, 2 ans déjà....Bcp d émotions et fiere, je dois l avouer. Qui aurait dit qu un rdv dans un café, place du general de Gaulle de Lille, un soir d'hiver ou il caillait sa rac....menerait si loin? Felicitations.
    Bisous
    Alice

    Profitez bien, ca passe tres vite! Et je vs attends a la maison ici au Chili.

    Posté par alice, 03 mai 2006 à 21:22 | | Répondre
Nouveau commentaire